Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Valérie Dufayet

La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017
La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017
La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017
La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017
La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017
La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017
La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017
La vidéo de la conférence " La pudeur aujourd'hui"   Café Philo de la Garde   avec Philippe Granarolo - 28 avril 2017

« Bonnard n'a eu qu'un tort, c'est de persister à devenir lui-même, à n'être que soi, mais totalement; de dire à voix haute ce que la plupart n'osent plus penser : que le bonheur existe, et l'amour et la beauté, que ce n'est ni d'avant ni d'arrière-garde, et qu'il est sacrément bon de ne chercher que cela. Au fond de soi. Tout au fond."

« La couleur est une femme qui se gagne lentement, regard après regard, caresse après caresse. On sait tout de suite que ce sera long, un combat sans cesse recommencé avec la lumière. Et qu’il faudra souvent faire mine de baisser les bras, de quitter le champ et de se retirer dans l’ombre, le silence, la solitude. Car il s’agit maintenant de donner des voyelles aux couleurs et que la lumière chante, sur une partition sans fausses notes, pour l’œil qui écoute et se tait. Que la chair enfin se mette à parler du bonheur d’être vive et que nous frémissions de l’entendre rire comme si, jetés dans ses bras, nous étions couverts en un instant de notre feuillage unique et de toutes ses couleurs. »

Guy Goffette – « Elle, par bonheur et toujours nue »

Commenter cet article