Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Valérie Dufayet

Chroniques impertinentes #1 Aimer sans posséder
Chroniques impertinentes #1 Aimer sans posséder Chroniques impertinentes #1 Aimer sans posséder Chroniques impertinentes #1 Aimer sans posséder

Chroniques impertinentes #1

Aimer sans posséder

Je te veux : le désir ne commence-t-il pas ainsi ? Voir l’objet de son désir apparaître – devenir visible, et évident - presque tangible ou simplement possible et si présent à l’esprit – le sentir grandir, prendre place en soi  et occuper esprit et nuits. Le laisser dévorer le temps et le transformer jusqu’à lui imposer sa marque : compter à rebours, projeter à partir d’une ombre d’être. Oublier l’absence physique et réelle pour ne plus penser qu’à cette trace même qui obsède et remplit par son vide les journées : un possible. «  Être heureux avant d’être heureux » dirait Rousseau : ne pas penser aux déceptions de la rencontre – ne garder que le rêve- se laisser porter par le fantasme et s’abandonner. Qu’importe les déceptions du quotidien, le cœur trouvera bien mille ruses pour les pardonner. Aimer est un acte irréfléchi -

Posséder enfin- Connaître l’extrême jouissance de prendre en se donnant. Perdre de soi en l’autre : devenir autre et concéder – perdre raison jusqu’à sa dignité- «  se laisser aimer, c’est déjà aimer »Yep Montherlant !- commencer à vivre pour l’autre, par l’autre et se vivre maître de l’instant- demeurer là – vouloir arrêter les horloges – apprendre à le connaître, l’attendre et le devancer, le séduire, lui manquer et en jouer. Retrouver puissance, «  Aimer à aimer » comme Saint Augustin. Se perdre, oublier tout ce qui ne lui est pas essentiellement lié -  Goûter le corps, s’approprier l’existence et prendre assurance. Vivre cet amour comme une évidence – revendiquer propriété- modeler – résister à toute initiative personnelle de son objet – remodeler- insister et parfois forcer. Puis contester, refuser, craindre, imposer et menacer- redouter et supplier. S’agenouiller et oublier jusqu’à sa dignité. »Bien aimer, c’est aimer follement » n’est-ce pas, Suarez ?

Renoncer – résister à ses propres élans. Ne plus désirer désirer– Trouver consolation dans la colère.  Pleurer et se consoler : désir orphelin de son objet. Le retrouver au milieu des rêves : le magnifier – se réjouir de sa réapparition, même la plus insignifiante, l’attendre. Durer et ne plus chercher qu’à durer : subsister en le voyant disparaître. Hurler son nom. Puis dans l’absence , comprendre – au cœur du manque , ne plus rien en attendre. Survivre. Vivre, c’est apprendre à aimer et à être quitté. Ne plus chercher d’écho, parler par soi – oser- rencontrer à nouveau – laisser être – accueillir et s’étonner.

Connaître l’extrême joie de Montaigne  de se prêter à autrui et ne se donner qu’à soi même. Ne plus rien attendre que ce que le jour ou l’instant offrent. Oublier, se pardonner et laisser être. Comprendre, c’est déjà aimer/ Bernanos- Se voir apparaître - s’aimer sans posséder….

Commenter cet article

Incognito 29/08/2017 10:35

Pensers d'Amour

Tous mes pensers s'en vont dirigés vers Amour
Qui dans le mien esprit prennent différents tours
L'un d'entre eux me fait voir sa noble seigneurie
Quand un autre me dit qu'il faut que m'en méfie
Il en existe encore et des plus nuancés
Je les crois superflus ou vains à évoquer
Car pour les familiers des affaires du cœur
Ils y verraient redites d'impressions qui sont leurs
Et pour ceux qui sont loin d'aussi beaux sentiments
Ils seraient hermétiques aux accords de ces chants
Cependant je ne sais quelle matière prendre
Où dire mon errance et qui pourra l'entendre
Es-tu Amour bienfait ou douloureuse épreuve
Que je redoute tant que mon âme s'émeuve

D'après Dante