Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Valérie Dufayet

Quelques pensées à l'occasion des ateliers Philo au Petit Collège de Provence- Marseille

De la joie de voir Iñigo philosopher sans attendre la Terminale…

« A six ans, sur une plage, un jour de tempête, le bonheur avait sombré et n'était jamais revenu. Mes yeux s'ouvraient à présente sur une autre image de bonheur, cette fois avec un point d'interrogation. J'entrais dans l'aventure humaine l'œil curieux, l'oreille ouverte, le cœur avide de trouver quelque chose qui ne disparaîtrait jamais. » Confessions d’une religieuse Sœur Emmanuelle

Tout commence par un point d’interrogation

Comme Iñigo, votre enfant ne vous a attendu, pas plus que sa maîtresse ou moi-même pour poser ce point d’interrogation sur ses perceptions, ses expériences et sa vie et qui ponctuera désormais ses pensées, ses désirs et ses projets.

Pourquoi alourdir sa jolie tête de discussions philosophiques quand la journée de classe est déjà bien chargée en apprentissages, connaissances et sollicitations diverses de ses forces physiques et de sa pensée?

Parce que son esprit, son corps et son être même se construisent dans son expérience du monde et des autres à la mesure de ses sensations, de ses idées et de ses actes. Ainsi, la Philosophie, comme toute expérience peut alors devenir occasion de questionnements, de comparaisons, et de recherche personnelle de sens.

Quel intérêt « Provence » a-t-il de proposer aux enfants de philosopher dès le Petit Collège? Pour la même raison que celle des entretiens hebdomadaires avec leur maîtresse, des actions collectives et solidaires, de la Pastorale, des sorties, des spectacles ou des ateliers d’Arts plastiques : leur donner occasion de faire l’expérience de lui même et des autres, d’apprendre à se dire en exprimant ses émotions, ses pensées et sa personnalité unique.

L’Atelier Philo : un moment riche

« Nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux” » Traité de l’éducation

John Locke

Dans L’Emile ou de l’Education Rousseau remarque également que « Les enfants raisonnent très bien dans tout ce qu’ils connaissent et qui se rapporte à leur intérêt présent et sensible”. Nos discussions débutent donc par des images concrètes, simples, qu’ils interprètent chacun selon leur propre vécu. Nous discutons de la pluralité des interprétations, des contradictions qui font jour, des enjeux d’une situation vécue. Enfin, nous décidons ensemble du mot (ou du « concept ») le plus conforme à la réalité pensée ensemble.

L’atelier n’a pas pour but « de longs discours ou des raisonnements philosophiques, mais de leur faire sentir qu’ils sont capables d’user de leur raison par leur propres forces, de partager et interroger sans peur leurs expériences et opinions. John Locke, dans son Traité sur l’Education, nous encourage d’ailleurs à la pratique de la discussion logique et raisonnée avec les enfants. Leur raison est d’abord sensible, liées à ses impressions. Elle servira de « base » à la raison intellectuelle qui se construit progressivement durant toute notre existence. Il n’est donc jamais trop tôt pour les accompagner sur ce chemin de pensée universel, condition de notre humanité.

Une grande fierté personnelle et commune

"La fierté, c'est la recherche de sa dignité personnelle. Ce n'est pas un défaut." Sœur Emmanuelle

Quel bonheur de les voir construire ensemble l’édifice de leur pensée ! Nous nous demandons souvent quelle éducation est la meilleure pour nos enfants. Quelques soient les savoirs et les compétences acquis, il nous faut garder au cœur et à l’esprit la valeur absolue de leur personne : œuvrer ensemble à sa réalisation ; non pas tel que nous l’entendons ou l’espérons mais bien en les accompagnant dans ce qu’ils se donnent à Etre. Nous ne serons pas fiers de ce qu’ils sont devenus ou de ce qu’ils ont obtenus mais bien de ce qu’ils vivent, partagent et créent de manière libre, joyeuse et bienveillante envers les autres et eux-mêmes.

Par le cœur, ouvrir notre esprit….

« Grand est celui qui n’a pas perdu son cœur d’enfant. » Meng-Tsen

Un grand merci à Anne Barral, Bénédicte Desage , Eve Jarre, Brigitte Rouquerol, Judith Tuiallon et au Père Sevez pour leur confiance et leur soutien dans le projet ! Un énorme merci à tous les enfants de 11èmes 1 &2 et de 10èmes 1 et 2 pour leur enthousiasme à penser ensemble !

Je me réjouis de notre volonté commune de poursuivre les Ateliers Philo au Petit Collège l’an prochain. Connaissant son goût pour la Spiritualité, Il y a fort à parier que le jeune Iñigo aurait trouvé les mots justes pour encourager ses compagnons à participer à cet exercice un peu particulier !

C’est donc une promesse renouvelée de sourires, de grimaces, de paroles et de joyeux applaudissements pour nous tous au retour de l’été. Une Philo qui leur ressemble et qui tranche réellement avec son austérité redoutée par nos jeunes Lycéens et leur Parents, « Vétérans » de la Caverne de Platon et autres lieux philosophiques mal famés !

Je vous avoue trépigner d’impatience de les retrouver l’an prochain au Petit collège, bientôt en 3ème au Club Philo, ou, peut être un jour au Lycée.

Mais plus que tout, J’aime imaginer leurs discussions se poursuivre avec vous, leur maîtresse, en famille ou entre eux… d’un ton libre, confiant et enjoué !

« L'enfant peut t'apprendre trois choses : il est joyeux sans raison, il ne reste pas inoccupé un seul instant, quand il veut quelque chose, il l'exige avec force. » Dov Beer Mezeritch

Valérie Dufayet

Professeur de Philosophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article